Bien-être

Vie quotidienne

Minimalisme

Latest Updates

Pourquoi se motiver à aller à la salle de sport?

mars 01, 2018

Au travail ou en dehors, on me demande souvent comment je fais pour aller "aussi souvent" au sport (cette notion est assez abstraite parce que de mon avis je n'en fais pas autant que je voudrais)  et au fil des discussions, la question de la motivation devient le problème principal. Deux ans après m'être inscrite à la salle de sport, j'avais envie de partager avec vous mon expérience et de vous donner les quelques leçons que j'en ai tirées.

Pourquoi je me suis inscrite à la salle de sport?

Il y a deux ans je succombe à la mode des programmes de transformation physique. Je suis en couple depuis quelques mois, j'ai un nouveau boulot, de nouveaux horaires et petit à petit je perds toutes mes habitudes "healthy" que j'avais prises en me mettant au running. Je recommence à être mal dans ma peau, j'en veux à mon copain de l'époque (et oui il faut bien trouver un autre coupable!) et je cours de moins en moins. 

Je fini par me remotiver et j'achète le Top Body challenge. Je me lance dedans à fond j'espère moi aussi avoir les résultats qu'on voit sur insta. En vrai je n'ai aucun plaisir à faire ce programme. Pourtant on enchaine les mouvements, les séries d'exercices... mais je ne trouve pas l'fun là dedans. Je finis tout de même les six semaines du programme et je retrouve l'envie d'aller courir (ça tombe bien  nous sommes en plein été). Quelques temps après je me décide sur un coup de tête encore une fois (j'avais surement dû voir une publication sur insta encore! hashtagmoutonnerie) de m'inscrire à la salle de sport. Je décide de m'inscrire à Basic fit, la salle est toute neuve et je prends la formule la moins chère pour tester. Je vais à la salle une fois, puis deux puis trois puis... je la déserte.



Pourquoi j'ai fait comme tout le monde et j'ai fini par la déserter la salle?

En vrai, j'étais vraiment motivée à faire du sport à la salle, le problème c'est que comme toutes les nanas qui s'inscrivent, je ne savais pas quoi faire! Alors forcément je passais 1h/1H30 à ne faire QUE du cardio tout en continuant de courir à côté. Petit à petit je finis par ne plus y aller et par annuler mon abonnement. Pourquoi dépenser de l'argent alors que je pouvais courir et faire du vélo gratuitement et en plein air?

Pourquoi je me suis ré-inscrite? Quel a été le déclic?

En janvier 2017, je me fais opérer de la poitrine, après une longue période de repos, je n'ai plus aucune raison de complexer. J'avais enfin ce que j'attendais depuis dix ans et il était temps de me reprendre en main sérieusement. 

Je me lance dans un rééquilibrage alimentaire, je reprends la course à pied de façon plus régulière et je me répète en boucle "toi et toi seul peut te faire évoluer". Je lis beaucoup, je regarde des vidéos sur le sport, l'alimentation et surtout je prends conscience que si je suis bien avec moi-même je serai bien avec les autres. Fin de l'été ma séparation est un nouveau déclic et je me rends compte que je dois allée au bout de ce que je souhaite, que je dois aller à fond dans ce mode de vie que j'essaie de partager avec vous ici depuis 2 ans. Je me réinscrit à la salle, je tâtonne un peu sur les machines, je n'ose pas aller dans les salles où il y a tous les garçons qui font leur muscu. Mais à ce moment là je sais que je dois m'y mettre et que ça ne sert à rien de s'inscrire à nouveau pour ne faire que du cardio. 

J'ai aussi la chance de travailler avec pas mal de garçons inscrits à la même salle que moi. J'ai commencé à y aller avec l'un d'eux. En plus d'être devenu un ami, c'est aussi en quelque sorte mon coach, celui qui m'encourage, qui m'écrit à 7h du matin pour que j'aille à la salle m'entraîner. Je pense que les premières séances avec lui ont été indispensables pour que je me lance et sois autonome. 

C'est pour ça qu'il est à mon sens, ultra important de ne pas aller à la salle à l'aveuglette. Trouvez-vous une ou un partenaire et si jamais vous n'avez personne n'hésitez-pas à demander aux coachs sur place de vous guider sur les machines, ça vous évitera de perdre du temps comme j'ai pu le faire. 




Comment s'organise mes séances?

Je n'ai pas encore de planning fixe, là par exemple au moment où j'écris cet article, j'avais prévu d'aller à la salle de sport mais j'ai encore de grosses courbatures de ma séance de mardi. Je préfère être raisonnable, me reposer et aller courir un peu.

Lorsque j'ai commencé à vraiment m'intéresser à la musculation je ne faisais que des séances "full body", je faisais tous les exercices que je connaissais, j'en testais d'autres, je finissais par un peu de cardio bref c'était un peu la foire au n'importe quoi! Maintenant, j'essaie de travailler une ou deux parties de mon corps à chaque séance par exemple, je vais faire une séance jambes/fessiers, le lendemain je vais faire un peu de course à pied et le lendemain suivant je vais travailler les bras ou les abdos.

Aujourd'hui, j'essaie de garder un rythme de 3 sorties running et 3 séances à la salle de 1h30 à 2h. Il y a des semaines où je vais plus souvent aller à la salle comme d'autres où je vais avoir plus de travail donc j'aurais moins le Mojo ou carrément des jours où j'aurais vraiment pas la motivation. 
Je ne m'impose rien désormais même si j'ai conscience qu'il a fallut par moment que je me force à y aller. C'est assez important de se forcer car une fois la routine installée (au bout de trois semaines) vous avez moins de chance de déserter la salle.

Est-ce que cela vaut vraiment le coup?

Alors pour répondre à cette question, j'ai envie de dire que tout dépend de ses objectifs. Certains voudront aller à la salle pour perdre du poids, d'autres pour pouvoir compenser les écarts alimentaires  (et si c'est le cas je pense que ça ne peut pas durer sur le long terme) ou d'autres comme moi au début, pour faire "comme tout le monde".

Aujourd'hui, j'ai besoin d'aller à la salle pour me dépenser, pour m'entraîner, pour voir ce que mon corps est capable de faire et comment il peut évoluer. En plus de ça, je sors à chaque fois de la salle avec une énorme satisfaction et zenitude même si sur le moment j'en chie grave je galère.

Les résultats sur votre corps quand à eux finiront vraiment par se voir si vous êtes assidus et si l'alimentation suit derrière. Après n'oubliez-pas de garder en tête que ce qui compte pour votre corps, c'est 20% de sport contre 80% d'alimentation.


Un premier bilan?

Aujourd'hui, je n'ai toujours pas le corps d'une fitgirl comme on peut voir sur insta (et je l'aurais surement jamais!) mais je suis plutôt fière de tout ce que j'ai entrepris et de ce que cela m'a apporté (l'envie d'en apprendre plus sur la nutrition, sur la condition physique, les mouvements, les organisations de séances, l'importance de la récupération etc...). 
Mon corps a quand même lui aussi changé un peu -forcément- je me suis affinée au niveau de la taille mais j'ai davantage pris au niveau des cuisses en faisant travailler les fessiers. Enfin et surtout mes entrainements à la salle de sport m'ont permis de progresser au niveau de la course à pied et rien que pour cela je suis vraiment ultra satisfaite. 

En conclusion

On s'inscrit à la salle:

  • Si on est au fond de soi vraiment motivé.
  • Mais si ce n'est pas vraiment le cas mais qu'au fond on a quand même l'espoir d'être motivé un jour parce que quand on était au collège on était un peu fort, donc c'est pas si loin donc... on se force à y aller! Par exemple direct à la sortie du travail et on oublie le détour par la maison sinon c'est sur (moi la première) qu'on NE DÉCOLLERA JAMAIS  (quoi comment ça? y a le marathon Beverly Hills sur AB1?)!
  • Si on a une personne qui peut nous aider à nous motiver.
  • Si on a en tête une petite idée de ses entrainements et de ce que l'on souhaite travailler. Comme je le disais on n'y va pas à l'aveugle. L'internet est votre meilleur ami pour cela. On pioche ici et là des circuits, des idées, entre Youtube, les blogs, les sites et Insta, vous n'avez que l'embarras du choix.
  • On se prépare un planning et on s'organise un minimum.
  • Si vous voulez des résultats n'oubliez pas cette addition: entrainements + alimentation = résultat! Mais on a le droit de se faire plaisir de temps en temps, faut pas déconner quand même.

POUR ALLER PLUS LOIN


ÇA PEUT VOUS INTERESSER

▲▲▲

Voilà j'espère que cet article vous aura plu, n'hésitez-pas à me laisser des commentaires ici ou sur les réseaux. Et vous, la salle de sport c'est Ok ou No Way?

PLAYLIST running #1

février 07, 2018

Je n'en parle jamais mais la musique a une place ultra importante pour moi, plus que la télé, le cinéma ou les livres. Je peux écouter de tout même si j'ai un gros penchant pour toute la musique des 90's aussi bien rock, hip hop, r&b ou dance (surtout je l'avoue). Puis en étant seule à la maison, je n'ai aucune culpabilité à mettre le son à fond et à danser en culotte

Mais là où la musique est encore plus important, c'est lorsque je vais courir (toute seule je précise). Alors beaucoup de vrais coureurs crieront au scandale "quoiii tu cours avec de la musique? sacrilège!" mais on peut courir juste pour l'fun de courir, sans toujours se concentrer sur ses performances, son parcours etc... Enfin, c'est comme ça que je vois les choses en tout cas. NO PRESSURE.

Alors souvent quand on me demande "mais tu trouves pas ça ennuyeux de courir?" je réponds que non entre autre pour les arguments que j'évoquais dans cet article mais aussi parce que lorsque je cours mon corps travaille mais mon esprit lui s'évade complètement avec la musique. 

Aujourd'hui je partage avec vous un playlist hip hop spéciale pour le running (ou pas d'ailleurs). J'aurais pu continuer de mettre encore et encore des morceaux mais je me suis limitée à 1h histoire de tenir un bon run de 10km. 
▲▲▲

Pourquoi tu cours?

décembre 27, 2017

- Pourquoi vous courez ? 
- Pour la paix dans le monde ?
- Pour les sans-abris ? 
- Pour l'environnement ? 
courir autant, sans raison

- Pour le droit des femmes ?
Ils ne croyaient pas qu'on puisse
- Pourquoi faites-vous ça ?
- J'ai juste eu envie de courir.

Voilà 3 ans que je me suis mise à la course à pied. J'ai eu des périodes où je courais cinq fois par semaine, comme d'autres une fois par mois. Je n'ai aussi jamais eu vraiment l'envie de participer à de courses officielles, je ne cours pas pour maigrir non plus. Mais alors "pourquoi je cours?"

Cette question je l'entends toutes les semaines et j'avais vraiment envie d'y répondre et d'enfin mettre des mots sur ce truc qu'il se passe quand j'enfile mes baskets.

   La course à pied aide à trouver un équilibre   

Courir c'est un peu comme une thérapie, on fait le point dans sa tête, on est dans notre bulle. C'est vraiment un sport où on se centre sur soi: la respiration, le mental, l'endurance, la conscience de son corps, de ses muscles... et on décompresse. Avec la course tout ne dépend que de nous, de notre engagement et nous avons plus aucune excuse à avoir.

   La course à pied = meilleure hygiène de vie   

La course à pied aide aussi à se sentir moins fatigué et plus en forme grâce à l'oxygène qui envahit notre corps quand on court. Elle aide également à retrouver un sommeil de meilleure qualité et aide à l'endormissement. Au niveau de l'alimentation, la course m'a également beaucoup aidée dans mon rééquilibrage alimentaire puisqu'elle provoque un effet de satiété (chez moi en tout cas). J'ai aussi pris conscience grâce au sport de toutes les m*rdes que je pouvais manger et je me suis dit qu'il fallait que j'arrête le carnage. Quand on court, on ouvre notre esprit et on a le temps de penser à tellement de choses. Pour moi qui suis du genre à réfléchir tout le temps, ça m'aide vraiment à me canaliser et à replacer mes idées.

   La course à pied m'a sauvé la vie   

Il y a trois ans alors que j'étais en pleine traversée du désert, je ne voyais plus aucune solution pour améliorer mon état. J'en étais arrivée à un point où tout devenait une corvée, une angoisse et les pensées qui me traversaient l'esprit étaient loin d'être positives. La dépression vous enlève toute motivation, toutes envies et surtout toute confiance en soi.

J'ai chaussé mes baskets un midi en me disant "on va essayer", on était au mois de janvier, il faisait froid et je portais des baskets trop serrées. J'ai couru 800 mètres, la paté de maison. J'étais très mal, fatiguée, essoufflée et je me suis dit que je n'allais jamais y arriver, que ça faisait trop longtemps que je n'avais pas fait de sport. Le lendemain, j'ai eu des courbatures, après 800 mètres, c'est dire si je partais de loin.

Mais je n'ai pas baissé les bras. J'ai eu la chance à ce moment de connaître Virginie qui se lançait également dans l'aventure running et elle m'a encore plus poussée à ne pas abandonner.

La course à pied est devenue mon leitmotiv, petit à petit, elle est devenue la raison pour laquelle je me levais le matin et calmais mes crises d'angoisse du réveil qui sonne. Je prévoyais mes sorties, mes objectifs et je notais tout dans un carnet de bord. 
Le running est un sport un peu magique contrairement au fitness ou à la musculation, vous progressez très rapidement (et vous pouvez tout perdre si vous arrêtez quelques temps aussi). J'ai commencé à courir un kilomètre puis deux. J'ai atteint les 5 kilomètres puis les 10 quelques semaines plus tard avec la joyeuse troupe du Happy Running Crew, ce dimanche là en rentrant chez moi, j'étais tellement fière. 
J'ai continué, continué encore, 5, 7 , 11, 14km... j'ai amélioré mon temps aussi jusqu'à réussir à atteindre les 5km en 25min, ma petite victoire perso. Je courais sur le Bassin chez moi, dans la forêt, sur la plage, sur le bitume de ces rues où j'avais grandi. J'allais de mieux en mieux* et je me sentais à nouveau vivante.

*la course à pied est un bon moyen pour combattre la dépression car elle libère des endorphines et des sérotonines dans le corps.

Alors si je devais à nouveau répondre à la question "pourquoi tu cours?", je retiendrais que c'est pour ce moment hors du temps qui n'appartient qu'à moi où je reconnecte mon corps à son environnement (nan je vous assure, je n'ai pas rejoint de secte). Il n'y a pas de vraies réponses à cette question, chacun court pour une raison mais je pense que le plaisir que l'on ressent après une sortie est le même pour n'importe quel coureur, celui du dimanche comme l'ultra trailer.



Pour aller plus loin:

  • Mon film préféré du monde entier Forrest Gump, ma plus grande source d'inspiration.
  • Born to run de Christopher McDougall.
  • La magie du running de Anne & Dubndidu.

Et mes autres articles consacrés au sport:




J'ai testé la monodiète de 3 jours

décembre 19, 2017


J'avais écrit cet article à la rentrée mais je n'avais pas eu le temps de le fignoler et de le publier. Même si j'ai fait une cure de raisin et que ce n'est plus du tout la saison, je me suis quand même dit que cela pourrait être intéressant d'avoir mon retour sur cette expérience et surtout en cette période de l'année qui rime souvent avec excès. Si vous souhaitez vous lancer à vous de vous adapter aux fruits de saisons.

---

La rentrée est sans doute ma période préférée de l'année. Je crois avoir gardé mon esprit d'écolière puisque pour moi, la nouvelle année scolaire est souvent synonyme de renouveau. Une fois de plus je n'y ai pas échappé cette année. Avec ce blog, j'ai entrepris un -gros- travail sur moi même, en cherchant, en testant et en me renseignant sur toutes les choses qui pourraient améliorer mon quotidien, ma santé et mon bien-être dans un seul but, "devenir la meilleure version de moi-même" - ouais j'ai un peu piqué le slogan d'une certaine fitgirl.
Dans cette quête, je me suis intéressée à plusieurs choses, le sport à travers notamment le running, le yoga mais aussi le minimalisme, l'alimentation et parfois même la spiritualité.

Ainsi dans plusieurs de mes lectures il y avait un concept qui revenait régulièrement, celui du jeûne.

Quels sont les bienfaits et les effets sur notre corps?


Le jeûne n'est pas -seulement- un effet de mode soudain que l'on pratique avant l'été  en se disant "je vais perdre 3kg pour être bonnasse en maillot de bain" ou en janvier pour bien démarrer ses bonnes résolutions, mais bien une pratique dans de nombreuses cultures et religions du monde.

D'un point de vue spirituel, le jeûne serait entre autres un moyen de purifier son âme ou d'obtenir la rédemption. Dans certaines cultures et religion comme le bouddhisme, on associe le jeûne à la méditation. Jeûner permettrait ainsi de prouver ses croyances, de se recentrer sur soi et de devenir en quelque sorte plus humble.

Chaque jour notre corps est volontairement ou non agressé qu'il s'agisse du tabac, de l'alcool, des additifs alimentaires, des excès d'une alimentation déséquilibrée... D'un point de vue médical donc, le jeûne permettrait de moins prendre de médicaments grace à notre système d'autorégulation du corps et permettrait de mieux gérer ces agressions.

Lorsque l'on cherche la définition du verbe jeûner sur Google voici ce que nous pouvons trouver: "privation partielle ou totale, forcée ou non, de toute alimentation pendant un certain temps".
Déjà au travers de cette définition, nous avons de quoi avoir peur.

Alors pourquoi s'intéresser au jeûne? et pourquoi pratiquer une monodiète?


À cause de nos modes de vie et surtout notre alimentation trop riche, notre corps stocke les calories et n'arrive pas à les bruler. Si on rajoute à cela le manque d'activité physique régulière, nous exposons notre corps à de nombreux dégâts. Risques cardio-vasculaires, surpoids ou petits maux dont je suis sujette comme beaucoup; l'impression d'avoir un corps fatigué et encrassé.

La monodiète est donc un moyen judicieux et simple pour remettre les compteurs à zéro, renouveler nos cellules et éliminer toutes les toxines et excès. C'est dans cette idée-là que j'ai décidé de me lancer dans une monodiète de 3 jours.


Mon expérience

J'ai fait une cure de 3 jours à la rentrée comme je vous l'ai dit en début d'article. A ce moment là, j'avais choisi de ne manger que du raisin mais vous pouvez la faire avec des pommes. En plus ça permet de varier un peu plus si vous vous faites des compotes (sans sucres ajoutés et faites maison évidemment) et nan les tartes aux pommes ça ne compte pas!

Le premier jour est plutôt facile à tenir, vous êtes à fond et comme souvent l'attrait pour la nouveauté fait bien son truc. Personnellement, je n'ai pas été mal le premier jour, j'ai continué ma vie normalement d'autant que j'étais en vacances donc je pouvais gérer ma cure comme je voulais.

J'ai bien vécu le deuxième jour également mais je dois répondre aux questions qu'on me pose sur le pourquoi du comment de ce jeûne. "Mais tu n'as pas besoin de perdre du poids", "tu vas avoir des carences", à vous de bien préparer votre discours. De mon côté, je ne le faisais pas pour perdre du poids mais pour "me retrouver" et reprendre conscience de mon corps en général.

C'est le troisième jour que cela devient un peu plus difficile. J'ai eu mal à la tête et je me sens plutôt fatiguée - plus que je n'aurais du l'être en tout cas - mais c'est l'un des effets de la cure. Je mange beaucoup moins de raisins que les premiers jours, je sens que je sature. La journée se termine enfin, je reprendrais une alimentation normale dès le lendemain.

Le quatrième jour je reprends doucement une alimentation équilibrée. La monodiète est un peu une expérience que l'on peut avoir du mal à partager mais qui a des effets ultra positifs. Une fois terminée je me suis sentie en pleine forme et plutôt fière de moi d'avoir tenue ces 3 jours. 
Enfin après cette cure je réfléchis à jeuner une fois par semaine mais je ne m'y tiens pas. Personnellement, je pense que l'idéal est de pratiquer une monodiète à chaque saison.

Quelques conseils pour démarrer une monodiète:

  • N'oubliez pas de bien vous hydratez pendant la cure (eau, infusions etc...)  
  • Choisissez un fruit que vous aimez bien histoire que la monodiète ne soit pas une souffrance de 3 jours.
  • Reprenez progressivement une alimentation équilibrée.
  • Enfin, la monodiète n'est pas une cure pour perdre du poids, n'hésitez-pas à demander un avis médical avant de vous lancer.
  • Il est recommandé de ne pas faire de sport pendant votre cure à cause de la fatigue. Alors, écoutez votre corps.

♢♢♢

La monodiète est-elle quelque chose qui vous intéresse? Avez-vous déjà testé? En avez-vous ressenti les bienfaits?

Astuces pour un bureau minimaliste

septembre 01, 2017

Lorsque j'ai commencé mon grand désencombrement il y a un an maintenant, il y a un meuble que j'ai supprimé sans jamais le regretter: mon bureau. Avant de m'intéresser au minimalisme, le bureau pour moi avait un peu une place sacrée. Je m'y installais pour coudre, pour écrire, pour bloguer... Mais ces dernières années mon rythme de vie ayant changé, mon bureau était surtout un vide poche géant. J'y déposais un tas de choses dessus et je ne le rangeais jamais.

Il était devenu une source de stress visuel en permanence et me faisait aussi culpabiliser dans le sens où je n'avais plus du tout le temps de faire les activités que je faisais auparavant. Je le gardais au milieu de mon salon en me disant "un jour j'aurais le temps de m'y remettre". 

Nous avons ensuite déménagé dans un appartement plus grand qui aurait pu accueillir un mini espace bureau mais je n'ai pas ressenti le besoin de le réinstaller à nouveau.

Aujourd'hui, mon bureau ne me manque pas et j'ai fait le tri dans mon bazar (matériel à DIY, de couture, la papeterieetc...) en gardant le strict minimum qui tient dans un petit meuble à roulettes et deux boites (oui ça fait quand même beaucoup je vous l'accorde!) comme ça, je sais que si je souhaite coudre ou m'installer sur mon ordinateur, je peux très bien le faire sur notre grande table à manger et faire rouler mon petit meuble Ikea jusque là.

J'ai aussi réduit toutes mes possessions de bureau afin de mieux m'y retrouver (bonjour je m'appelle Morgane et je n'ai pas acheté de carnet mignon depuis 9 mois). Le minimalisme permet de gagner du temps et dans un bureau de gagner en efficacité.

PAR OÙ COMMENCER?

  • Sortir tous les papiers, les cahiers, les flyers et autres coupons et jeter tout ce qui n'est pas utile, griffonné ou non réutilisable.
  • Trier les papiers importants et les ranger à leur place. (Retrouvez mon article comment trier efficacement les papiers)
  • Jeter également les magazines. Si jamais un article vous intéresse en particulier vous pouvez toujours le scanner et l'archiver sur votre ordinateur. 
  • Jeter tous les stylos usagés. Débarassez-vous également des stylos publicitaires et ne les acceptez plus.
  • Il est aussi inutile de garder des cd gravés vierges ou pire des disquettes (Rigolez mais je suis sure qu'il y en a encore qui trainent dans le bureau de mon père).
  • Rassembler toutes les fournitures dans un seul et même endroit.
  • Faire le tri dans les photos, jeter celles qui sont ratées ou qui ne nous procurent pas quelque chose de positif. 


LE CAS DE L'IMPRIMANTE

Nous avons à la maison une imprimante. Même si celle-ci m'était très pratique lorsque j'étais étudiante (autrement dit: y a un siècle), elle ne m'est plus du tout d'utilité aujourd'hui. Surtout j'ai remarqué que l'imprimante est un objet qui n'est jamais opérationnel quand on en a besoin (il manque telle cartouche, le papier est coincé et j'en passe...). En solution vous pouvez prendre une carte dans une boutique spécialisée. C'est économique et ça vous libère de l'espace chez vous.

Des solutions pour ne pas encombrer de nouveau votre espace bureau.

  • On arrête d'acheter des carnets en tous genres à gogo, même si c'est dur (je sais de quoi je parle #Hemacestlediable #ausecourssostregreneaouvertabordeaux)
  • On range le bureau dès qu'on le quitte, comme lorsque l'on cuisine et qu'on nettoie le plan de travail. D'autant qu'on est beaucoup plus efficace et productif sur un bureau propre et rangé. CQFD
  • On évite de surconsommer et de tout accepter: les magazines, les journaux gratuits qu'on vous distribue dans la rue, les flyers.
D'ailleurs, pour ne plus recevoir de publicité, vous pouvez mettre un autocollant sur votre boite aux lettres. Vous pouvez en trouver dans votre mairie ou sur le site: https://www.ecologique-solidaire.gouv.fr/stop-pub.

♢♢

La rentrée apporte son petit air frais de renouveau et les bonnes résolutions qui vont avec chaque nouvelle période. C'est aussi le moment parfait pour ranger et organiser son bureau et toutes les autres pièces de la maison. 


Mon article sur les objets dont on peut se débarrasser illico presto.
Quelques méthodes pour se lancer dans le désencombrement.
Le livre qui m'a fait TILT: la Magie du rangement de Marie Kondo.
☾ Dans le même idée: comment désencombrer la salle de bain?

Adopter le Miracle Morning sans se lever à l'aube

août 31, 2017

Voilà un mois que je pratique le miracle morning et je voulais partager quelques astuces ultra bénéfiques à adopter sans pour autant se lever tous les jours à 5h du matin ou le suivre assidument. 

Qui sait peut-être que cela vous donnera envie de vous lancer à votre tour dans cette routine?

Se coucher en ayant en tête que l'on va passer une bonne nuit de sommeil. En effet, Hal Elrod explique dans son livre que souvent nous sommes fatigués le matin car dès notre coucher nous pensons négatif: "je ne vais dormir que 7h, je vais être fatiguée". Alors pour changer la donne, dès que vous vous couchez mettez vous en tête des affirmations positives "je vais dormir 7h, c'est bien assez pour me reposer et passer une bonne journée". Ainsi, j'ai pu me rendre compte qu'avec cette méthode j'avais besoin d'un cycle de sommeil de 6h alors que je pensais avant avoir ABSOLUMENT besoin de 8h de sommeil. De plus, comme je travaille parfois en horaires décalés, le miracle morning me permet de me créer un rythme. Ainsi, je suis plus reposée et si j'ai besoin de dormir plus, je le fais le dimanche "comme tout le monde".

Au réveil: prendre un verre d'eau fraiche pour réveiller l'organisme, se passer un peu d'eau sur le visage et se brosser les dents. Cette première étape est indispensable pour résister à l'appel de la couette ou du plaid sur le canapé en prenant son petit dej'.

Profiter du silence dans la maison. Lorsque je me lève entre 5h et 5h45, j'ai l'impression de profiter d'un moment privilégier avec moi-même (ça paraît très spirituel hein?). Je suis dans ma bulle, dans le silence et je peux me réveiller tranquillement sans penser au stress de la journée. 

Prendre du temps pour soi en dehors de votre temps de préparation. Ce temps peut-être consacré à: un quart d'heure de yoga, lister l'organisation de la journée, lire quelques pages d'un livre, écrire un billet de blog ou ce livre que vous aimeriez tant écrire, faire du sport... Se lever plus tôt c'est prendre le temps pour faire les choses qu'on "n'a jamais le temps de faire" (excuse en carton, nous sommes d'accord!). 



Créer un moodboard. Créer un tableau de vision c'est rendre nos pensées abstraites beaucoup plus concrètes, cela permet de nous projeter et de visualiser nos objectifs. Vous pouvez y inscrire des citations, y coller des photos inspirantes. Selon moi rien ne sert de faire un tableau d'1m de long sur 2m de large. Le mien est plutôt petit et cela me convient parfaitement pour les quelques minutes de visualisation que je lui consacre. (Je vous parlais déjà du tableau de vision avant de me lancer dans le miracle morning dans cet article ou encore celui-ci)

♢♢♢

Toutes ces astuces font parties des SAVERS du miracle morning (piqûre de rappel ici) mais même si Hal Elrod conseille de toutes les pratiquer, vous pouvez sélectionner celles qui vous intéressent et dont vous pensez être les plus bénéfiques pour vous. Le miracle morning n'est pas une secte dont Hal Elrod serait le gourou et toutes les pratiques ne sont pas figées! 

Si le concept du miracle morning vous échappe un peu, rappelez-vous que le but n'est pas de se lever avant le soleil mais de se lever un peu plus tôt que d'habitude pour améliorer sa vie et la transformer de manière positive. Parmi les adeptes du Miracle Morning, je peux vous citer Anna Wintour, Robert Iger le PDG de Disney, Jack Dorsey le co-fondateur de Twitter ou encore Oprah Winfrey, Will Smith , Mohamed Ali et Jim Carey. alors si cela marche pour toutes ces personnalités et ces entrepreneurs cela vaut peut-être la peine d'être essayé?


Mon article sur le livre Miracle Morning de Hal Elrod.

+6 mois de rééquilibrage alimentaire: premier bilan

août 30, 2017

Voilà plus de six mois que j'ai commencé mon rééquilibrage alimentaire. Aujourd'hui que je passe une nouvelle étape et j'avais envie d'en discuter avec vous.
En fait si je peux être totalement honnête, j'ai totalement changé ma vision des choses après avoir publié l'article "et si on s'acceptait?".

Cet article a été en quelque sorte mon petit coup de fouet, celui qui m'a fait relativiser. Aujourd'hui, je ne me pèse plus mais je sais que j'ai changé, tout comme mon mental et mes aspirations. J'apprends peu à peu à être patiente et bienveillante avec moi même.

  • J'essaie de limiter ma consommation de gâteaux industriels. Les seuls que j'achète (mais pas de façon systématique) vont être les biscuits Gerblé ou les galettes suédoises aux flocons d'avoine. J'ai vu un reportage sur les additifs et les perturbateurs endocriniens en général qui m'a quelque peu déboussolé. 
  • Je ne mange plus de féculents le soir  et je les privilégie plutôt le midi. Pour les pâtes, le riz et tout le toutim, je les mange en salade ou avec des légumes. Pour le pain j'en mange le matin et en petite quantité si j'en mange à table (fille et petite fille de boulanger, chez nous c'était -presque- une baguette à chaque repas. Autre changement je privilégie désormais les farines complètes et les légumineuses.
  • Ma consommation de Coca a vraiment baissé, je ne me sens plus du tout accro. Il m'arrive d'en avoir envie mais cela reste exceptionnel et plus du tout quotidien comme avant.  (Je vous invite à lire mon article sur mon addiction au Coca)
  • Je fais beaucoup plus mes repas pour le travail et lorsque je mange à l'extérieur j'essaie de me tourner vers des plats les plus clean possible.
  • Ma consommation de viande a également chuté. Il s'agit plus d'une question éthique plutôt qu'un point de vue alimentaire. Bref, comme je ne ressens pas l'envie d'en manger, je me questionne et me documente beaucoup sur les alternatives végétariennes sans me mettre la pression de le devenir.
  • J'ai testé la monodiet au raisin pendant les vacances et j'en ai tiré que des avantages. 
  • Je ne consomme presque plus de fromage alors que c'est mon péché mignon. Je vais en manger un peu dans une salade et de temps en temps pour l'apéro ou un repas mais je n'en mange ni tous les jours, ni à chaque repas. Comme avant mon rééquilibrage alimentaire, il m'arrive de manger un yaourt occasionnellement et je ne bois pas non plus de lait.
  • Je bois beaucoup plus d'eau.
  • Je ne saute plus du tout le petit déjeuner. Je commence souvent le travail entre 7h et 8h du coup quand je ne prenais pas de petit déjeuner, j'avais tendance à craquer pour un Coca (oui dès le matin pour me "réveiller"...!) et souvent des gâteaux industriels. Maintenant mon petit déjeuner se compose de la manière suivante: - un thé + deux ou trois tartines de pain complet (selon la taille de la tranche) avec: du beurre ou du fromage frais (selon ce dont j'ai envie) et (sauf si je suis bien calée) un fruit ou un yaourt ou un verre de jus de fruits.



CE QUI A FAIT TILT? 


  • Je ne mange plus les mêmes quantités que mon copain et je ne lui en veux plus. C'est un mec -qui a un certain appétit- et il a besoin de portions plus importantes et puis c'est comme ça, c'est physiologique!
  • Je me suis enfin mise dans la tête le principe de Pareto que l'on peut appliquer dans ce mode de vie; 80% de bonne alimentation pour 20% de sport. Ainsi, depuis ma périostite, je fais du sport par plaisir et seulement lorsque j'en ai envie.
  • Je m'intéresse de plus en plus à la nutrition, à la composition des aliments, aux choses qu'on mange depuis des années et qui sont de véritables poisons... bref le sujet me passionne vraiment avec loin de moi l'idée d'en faire une psychose ou d'être obnubilée par le culte du corps. 


ET MA FORME?

Alors je ne sais pas si c'est parce que je suis le miracle morning ou si c'est dû au rééquilibrage alimentaire mais je me sens en meilleure forme. Je suis moins fatiguée et je me sens aussi beaucoup plus énergique. J'ai aussi adopté de nouvelles habitudes comme aller au travail à pieds tous les jours.


♢♢♢

Se lancer dans un rééquilibrage alimentaire, c'est se diriger vers un mode de vie et non se lancer dans un nouveau régime à la mode!

Gâteau au yaourt et noisettes healthy

juillet 24, 2017


Hello!
Voilà un moment que je cherchais une idée de gâteau pas trop calorique pour le gouter mais je n'avais jamais les ingrédients qu'il me fallait (coco en poudre, bicarbonate, sirop d'agave et j'en passe). Mais, je me suis souvenue de la recette du bowl cake qui ne nécessite que peu d'ingrédients et je me suis dit que je pouvais l'adapter en version "gâteau au yaourt". Résultat, j'ai obtenu un gâteau moelleux et délicieux.

   LES INGRÉDIENTS   

(servez-vous du pot de yaourt comme mesure)


  • un yaourt 0%
  • 2 pots de yaourt de son d'avoine
  • un sachet de levure chimique
  • deux oeufs
  • de la fleur d'oranger
  • un demi pot de stévia
  • quelques noisettes


   PRÉPARATION   


Dans un saladier versez le yaourt et la stévia. Rajoutez le son d'avoine, la levure chimique puis les oeufs. Remuez jusqu'à l'obtention d'une pâte lisse. Rajoutez la fleur d'oranger pour parfumer.
Versez la préparation dans un moule à cake puis rajoutez des petits morceaux de noisettes. Enfournez pendant 30 min à 180°. Surveillez la cuisson et plantez une lame de couteau au milieu du gâteau pour voir si l'intérieur est bien cuit.
Enfin ne faites-pas comme moi, attendez qu'il ait bien refroidi pour le démouler (j'étais trop impatiente de le gouter et il s'est cassé au milieu, on ne s'improvise pas blogueuse food du jour au lendemain!). 

♢♢♢

Est-ce que la recette vous donne envie? N'hésitez-pas à la tester et à me donner votre avis!

 
Copyright © the weekly planner. Designed by OddThemes